Mes chères amies,

Je vis des moments très douloureux, suite au décès de mon premier époux. Mes fils aînés sont allés piller l' appartement et ont tout pris avant je réagisse, argumentant qu'ils étaient automatiquement les héritiers de leur père. Or, lors de mon divorce, mon ex-époux n'avons pas partagé notre communauté, car trop de sentiments nous bouleversaient encore, et je l'ai hébergé durant 15 ans gratuitement dans mon appartement, tout en payant les taxes foncières et immobilières au fisc. Accord authentifié  chez le notaire. Je l'avais dit  à mes 2 enfants, En ramenant tous les objets qui rentraient dans la Communauté Conjugale non partagée, ils se appropriés des trucs qui ne leur appartenaient pas. Je gardais les petits chez mon fils aîné, quand j'ai assisté au déballage des "leurs trophées". J'ai été anéantie. Voyant que l'héritage allait lui échapper (mon ex-mari avait réussi à mettre de côté un petit pécule) le fils avait volé tous les papiers personnels de son père. Il mon fils m'a viré de chez lui, alors que je gardais ses enfants, m'a dit que je ne verrais plus jamais mes petits-enfants.

Depuis mardi soir (le lendemain de l'enterrement) j'ai le coeur brisé doublement. De fortes douleurs m'emprisonnent la poitrine et me serrent les machoires. J'ai pris RV auprès du cardiologue à l'hopital, mais il est surbooké !

Je réalise que je suis veuve 2 fois à 12 ans d'écart, mes enfants ne veulent plus me voir, je m'inquiète pour mes petits-enfants que je ne reverrais plus. Déjà, que j'étais en déprime avant que tout cela arrive, mes encours sont restés dans leur coin. Je n'ai plus envie de rien, je ne pleure pas, car je sais que cela ne fera qu'empirer mon état de santé. Franchement, je ne croyais pas que mes enfants allaient dépouiller leur père à peine enterré !  Qu'ai-je fait au Bon Dieu pour mériter cette nouvelle épreuve ?  Je suis sans voix.

Je me suis occupée des obsèques depuis chez moi, par solidarité envers mon ex-marie (père de mes enfants), tout en gardant les enfants, je suis épuisée, au bout du rouleau de la fatigue. Je pense être absente du blog durant un bon moment.

Je ne sais plus quoi faire, je suis statufiée, debout mais assomée, je n'ai plus goût à rien, envie de rien. J'attends.

Bisous à toutes celles qui m'ont envoyé un petit mot de réconfort mais je n'ai plus la force de répondre à chacune.

Votre amie Béa